Accéder au contenu principal

Soutien aux Brésilien-ne-s, NON à Bolsonaro !

Rassemblement contre le fascisme au Brésil !


Des manifestations et des rassemblements contre l'extrême-droite brésilienne ont lieu partout dans le monde aujourd'hui samedi 20 octobre ! A Lyon, rdv 15h aux Terreaux !

Le 7 octobre dernier avait lieu le premier tour de l’élection présidentielle au Brésil. Avec 46% des voix contre 29% pour son opposant F. Haddad, Jair Bolsonaro – candidat d’extrême-droite – l’emportait largement. Le deuxième tour a lieu dimanche 28 octobre.

Un fasciste aux portes du pouvoir
Bolsonaro appartient à l’extrême-droite : réactionnaire, raciste, homophobe, sexiste, ultra-libérale et farouche opposant des luttes écologistes. Il se situe dans la droite ligne de Trump et des partis fascistes qui gagnent du terrain en Europe (Italie, Hongrie, Allemagne, France…) et dans le monde (Philippines, Turquie, Pérou…). Son programme et sa campagne sont claires :
  • Appel à commettre des violences contre les homosexuel.les et les femmes. Bolsonaro affirme qu’il préférerait voir son fils mort plutôt qu’homosexuel et que les violences contre les enfants présentant des « tendances homosexuelles » étaient tolérables. Il tient publiquement des propos pro-viols.
  • Un racisme revendiqué. Bolsonaro insulte dans les médias les indigènes et les descendants d’esclaves, ce qui laisse présager une gouvernance et des lois racistes.
  • Participer activement du désastre écologique en mettant fin au Ministère de l’Environnement pour « enlever beaucoup de problèmes à la classe productrice du secteur » dit-il. Il veut s’attaquer aux terres des peuples autochtones, aux zones protégées en Amazonie et envisage de se retirer des accords de Paris sur le climat.
  • Une politique capitaliste et ultralibérale : son conseiller économique (Paulo Guedes) est un ex-banquier qui prévoit : privatisations, baisse d’impôts, casse du service public.
  • Pro-armes et ultraviolence : en assouplissant la législation sur les armes à feu.
  • Revendication d’un état « chrétien » affirmant que : « Dieu est au-dessus de tous. Cette histoire d’Etat laïc n’existe pas. L’Etat est chrétien et que celui qui n’est pas d’accord s’en aille. »

Depuis le 7 octobre : un déchaînement d’agressions LGBTphobes, sexistes et racistes
Depuis la percée de Bolsonaro, ses partisans se sont déchaînés. Les violences homophobes, transphobes, racistes et anti-oppositions se multiplient : au moins 70 agressions ont été déclarées.
Des militants pro-Bolsonaro ont agressé une jeune femme de 19 ans en lui gravant sur le dos une croix gammée. D’autres sont tabassé.es, insulté.es, menacé.es.
Des militants d’extrême-droite ont détruit une plaque en mémoire de la militante féministe et lesbienne Marielle Franco (assassinée en mars 2018) et certains de leurs camarades ont agressé sa sœur Anielle Franco.
Un opposant de Bolsonaro – Moa de Catendê - dénonçant publiquement le racisme du candidat, a été assassiné de douze coups de couteau par ses partisans.


Au Brésil et ailleurs, la résistance s’organise
En résistance à ce retour en force du fascisme au Brésil, près de 500 000 femmes ont manifesté le 29 septembre contre Bolsonaro. C’est la plus grosse mobilisation des femmes que connaît l’histoire du Brésil, les femmes y représentent 52% de l’électorat mais aussi la plus forte opposition organisée face à l’extrême-droite dans ce pays. Nous devons exprimer notre solidarité avec le peuple brésilien et ses résistant.es antifascistes et avec toutes celles et ceux qui y subissent une violence raciste, homophobe et sexiste décuplée.

Avec la résistance brésilienne féministe et antifasciste, soyons solidaires ! Rassemblement cet après-midi !