mercredi 9 décembre 2015

Le Planning Familial sous les feux de la rampe…




Il est des circonstances où on se passerait bien de « faire l’actualité ». Ces derniers temps, le Planning Familial et plus largement le droit à disposer de son corps sont la cible d’attaques virulentes de la part de la droite de la droite (c’est-à-dire les franges les plus conservatrices de la droite et l’extrême-droite)… Les belles promesses de campagne de Marion Maréchal Le Pen ne viennent pas de surgir d’un coup d’un seul, elles s’inscrivent dans une histoire, dans un vieux fonds réactionnaire qui perdure…
Super Féministe vous propose un rapide panorama de ces attaques.

La plus meurtrière

Aux Etats-Unis le 27 novembre dernier, une clinique de l’ONG Planned Parenthood au Colorado a été le lieu d’une fusillade à l’arme d’assaut qui fait 3 morts et 9 blessés. Cette tuerie est  l’œuvre d’un anti-IVG « radicalisé ». Elle s’inscrit dans un contexte où les républicains ont mis à nouveau l’avortement au cœur de la campagne des primaires. Notons qu’ils essaient régulièrement de couper les subventions du Planning Familial parce qu’il pratique des avortements dans ses cliniques.

La plus « intégriste style » 

En France, la vague des commandos violents qui s’introduisaient dans les hôpitaux pour empêcher des avortements a été stoppée par la loi de 1993 créant le « délit d’entrave à l’IVG ». Pour autant, les initiatives des opposants à l’IVG visant des Planning ou des centres d’IVG n’ont pas cessé, mais elles ont pris d’autres formes : prières, rosaires, tentatives d’intimidation et de culpabilisation. On avait parlé sur ce blog de Xavier Dor (et ses petits chaussons) condamné pour une intrusion au sein du Planning Familial de Paris. Ce même lieu a été l’objet en juillet dernier d’une nouvelle attaque par de jeunes intégristes. Ces militants de l’association SOS Tout Petits sont venus lors d’une permanence ouverte au public, où étaient proposées des consultations pour l’IVG médicamenteuse. Ils ont distribué des tracts et interpellé les femmes présentes avant d’être mis dehors. Le Planning Familial a porté plainte pour entrave. (En photo : les jeunes en prière à la sortie du centre)

La plus « com’ qui pue  » 

Vous avez sans doute vu depuis le mois de septembre les affiches de la 1ère campagne pour le droit à l’IVG en France, portée par le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. Cette campagne prévoit la création d’un numéro d’appel national, anonyme et gratuit, une refonte du site www.ivg.gouv.fr qui donne des infos fiables sur l’IVG, et une communication sur ce sujet. Sur le thème du droit à disposer de son corps, les affiches de la campagne montrent des femmes qui ont inscrit sur leur épaule ou leur bras un tatouage « IVG, c’est mon choix » ou « Mon corps m’appartient ». Ces visuels ont visiblement inspiré plusieurs groupes d'anti-IVG.
Ainsi l'association  « Choisir la vie » vient de sortir une contre-campagne bien ignoble. Dans le style de la campagne nationale, elle met en scène des bébés tout mignons (visiblement nés depuis plusieurs mois), tatoués des mentions « Vivre, c’est mon droit » ou « Mon corps m’appartient »
Sur le net, on  voit aussi des femmes portant l’inscription « Tuer c’est mon droit », avec le sigle du ministère transformé "République maçonnique - Ministère des violences sociales, de la mort et du droit à tuer son prochain"...
Classe non ? On vous épargne les visuels…

La plus « Rions un peu »

Les attaques peuvent viser aussi les actions d’éducation à la sexualité menées par le Planning en milieu scolaire. Regardez cette magnifique photo : 


Il s’agit d’une campagne qui a été lancée en octobre 2014 par l’association Droit de naître. Elle invite ses partisans à envoyer une lettre à Mme Najat-Vallaud Belkacem, ministre de l’Education nationale, dont voici quelques extraits :

Madame le Ministre,
Cette année encore le Planning familial continuera à intervenir en milieu scolaire, avec le soutien du gouvernement et de votre Ministère. La promotion de l’avortement se trouve en fait au cœur du message du Planning familial, le tout puissant lobby du tout avortement. (…)
Je souhaite que nos enfants aillent à l’école pour apprendre à lire, écrire et compter. Pas pour apprendre où et comment se faire avorter par ce lobby idéologique.(…)
Je vous demande tout simplement de faire respecter la neutralité de l’école en faisant disparaître les conseillères du Planning familial du milieu scolaire.

Cette campagne a eu un écho plus que confidentiel, mais il est intéressant de repérer dans ces discours :
- le thème de l’éducation à la sexualité à l’école qui revient régulièrement dans les campagnes des milieux traditionalistes. On l’a vu en 2014 avec les attaques contre les ABCD de l’égalité (qui ne parlaient pas d’ailleurs de sexualité mais on n’est pas à une approximation près…), avec la particularité qu’il y avait eu là une alliance inédite entre extrême-droite tradi et dieudonnistes….
- la condamnation du Planning Familial en raison de son combat en faveur du droit à l’IVG, quitte à réduire son action à ce seul thème d’ailleurs (voir notre article Avorteuses).
Ce qui nous amène à la dernière de ces attaques de l’extrême-droite, dont nous vous avons déjà parlé.

La plus « Maréchal nous voilà » (Super Féministe ne répugne pas aux jeux de mots faciles)

Et oui il s’agit des propos de Marion Maréchal Le Pen lors de la campagne électorale pour les Régionales. Elle promet rien moins que de couper toutes les subventions aux associations LGBT et au Planning Familial. La cheffe du parti s’est ensuite démarquée de cette position, mais nous vous invitons à lire cet article du site Mademoizelle qui recense un certains nombres de paroles des leaders du Front National sur les droits des femmes…

Voici la réponse commune des associations LGBT et alliées de Provence-Alpes-Côte d’Azur :
Nous, nous sommes dans la réalité et nous sommes tous les jours aux côtés des plus fragiles
Acteurs sociaux reconnus par les professionnels et par les collectivités, les associations que nous représentons sont des lieux ouverts à toutes et tous, sans aucune distinction. Ces associations, que vous décriez, viennent en aide depuis des années à des milliers de personnes victimes de discriminations et de violences au quotidien : jeunes exclus par leurs familles, personnes discriminées au travail ou dans l'accès à la santé et à la prévention, personnes de toutes générations en questionnement, isolées ou en souffrance, personnes précaires et fragiles issues de tous les milieux et de toutes les classes sociales...
Madame Maréchal-Le Pen, nous nous adressons à vous mais surtout à celles et ceux qui pourraient être tenté-e-s de voter pour vous. Les personnes que nous accompagnons pourraient être, sans qu’elles et ils le sachent, leurs amis, leurs frères, leurs sœurs, leurs parents ou leurs enfants.
Si la Région PACA supprimait son aide au Centre LGBT Côte d’Azur, elle l’obligerait à ne pas reconduire les contrats de ses deux salariées qui coordonnent au jour le jour cette action fondamentale et assurent les suivis. Cela mettrait par terre tout le travail d'accompagnement humain accompli et plongerait les centaines de personnes accompagnées dans une précarité aggravée.
Si la Région PACA supprimait son aide au Planning Familial, ce sont des milliers de femmes et d’hommes, jeunes ou adultes, issu-e-s de tous les milieux, qui perdraient l'accès à une information et un accompagnement dans leur vie affective et sexuelle. L'avortement est un droit fondamental des femmes à disposer de leur corps. Le Planning Familial défend l'application réelle de ce droit sur le terrain. Restreindre l'accès à l'avortement ne le fait pas disparaître, il le rend seulement dangereux et source de corruption.
Si la région PACA supprimait ses aides directes aux différents associations LGBT œuvrant sur son territoire (pour la plupart membres du Centre LGBT Côte d’Azur ou de la Coordination LGBT PACA), elle mettrait gravement en péril la pérennité de leur travail, et notamment les nombreuses manifestations culturelles ou militantes, les actions de préventions des violences sexistes et LGBTphobes dans les lycées, le combat contre les exclusions et les discriminations envers les LGBT mais également contre toutes les autres formes de discriminations, l’accompagnement des victimes de violences, de harcèlements et d’injures LGBTphobes ou/et sexistes, ainsi que l’accueil et l’écoute des jeunes LGBT en rupture sociale ou avec leur famille.
Oui, Mme Maréchal Le Pen, nos associations sont politiques, au sens noble du terme, et elles sont impartiales. Nous en sommes fièr-e-s.
Politiques, parce qu’elles sont confrontées à la réalité de la vie des populations, dans tous les territoires de cette Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et parce qu’elles s’impliquent dans le vivre ensemble et pour que cette société soit plus juste, plus égalitaire et plus respectueuse.
Mme Le Pen, vous ne connaissez pas notre travail. Vos positionnements moralistes et aveugles vous empêchent de voir les réalités de terrain de cette région et en particulier les besoins des personnes LGBTI, le travail effectué par nos associations, le dévouement utile de leurs militants.
Liste des organisations signataires :

Et nous vous invitons aussi à regarder cette vidéo de Klaire fait Grr
Et bien sûr, à signer la pétition !