Accéder au contenu principal

Pourquoi nous demandons l’annulation des concerts de Bertrand Cantat à Lyon et ailleurs


Voici le communiqué de presse sur la venue de B Cantat à Lyon rédigé par le Planning Familial du Rhône. Un mail a également été envoyé au Transbordeur.

N
ous, militantes féministes, sommes profondément choquées et scandalisées de la venue de Bertrand Cantat à Lyon sur la scène du Transbordeur ce mercredi 21 mars 2018.
Nous ne sommes ni juristes, ni avocates, ni même des membres de la famille de ses victimes (Marie Trintignant et Kristina Rady), assassinée et suicidée. En conséquence, nous ne souhaitons pas revenir sur le débat relatif à la purgation de sa peine.
Nous demandons au Transbordeur de déprogrammer ce concert pour plusieurs autres raisons.

La première est que nous nous opposons à la glorification et à l’acclamation d’un auteur de violences (ayant qui plus est, dans ces cas, entraîné la mort), violences minimisées du fait qu’elles ont été commises sur des femmes dans un cadre conjugal. On oublie trop souvent que ces violences résultent d’un choix délibéré et conscient de la part de leurs auteurs, ici Bertrand Cantat, et non pas de « pulsions » incontrôlables qui, du fait de leur prétendue impulsivité, pourraient être pardonnées et excusées. Comme il a fait le choix de tuer (ou de participer à la mort) de ces femmes, nous faisons le choix de ne pas avoir à être confrontées à lui en aucune circonstance.
Nous souhaitons pouvoir choisir de ne pas avoir à côtoyer son image, sa voix, sa présence publique qui ne font que nous rappeler qu’en France, on peut tuer une femme parce qu’elle est une femme. Mais aujourd’hui, avec la présence de Cantat à la une de journaux, dans la presse, sur les affiches de concert et dans les salles de concert, ce choix ne nous est pas permis.

On nous reproche d’appliquer une « censure », de lui imposer le silence par cette réclamation que nous faisons d’annuler ses concerts. Mais ce n’est pas ce que nous demandons. Nous réclamons le droit de pouvoir vivre dans une société où les assassins ne soient pas médiatisés et glorifiés et où ils vivraient comme 99% de la population et non pas les 1% sur-médiatisés.

Nous ne sommes pas pour une incarcération à vie. Ainsi, la deuxième raison qui nous pousse à agir est la demande du respect du deuil des familles, impossible lorsque le meurtrier est sans cesse présent dans les médias. C’est la demande même de Nadine Trintignant, la mère de Marie Trintignant, que nous ne pouvons que soutenir.

Nous demandons l’annulation de ce concert car, par son image publique d’artiste torturé, prétendument victime d’une vindicte publique et féministe, Bertrand Cantat participe à une culture de l’excuse des auteurs de violences faites aux femmes. En l’invitant, en lui donnant la parole sur scène et dans les médias, les programmateurs/programmatrices qui l’invitent et les journalistes qui lui donnent la parole deviennent complices de cette culture qui contribue à tuer chaque année en France plus de 120 femmes.

Il existe bien d’autres raisons de s’opposer à l’exposition publique et médiatique d’un assassin et une pluralité de textes ont été écrits par des féministes sur le cas de Bertrand Cantat. Nous renvoyons par exemple à l'appel qui s’est opposé à la tenue du concert de B. Cantat à Grenoble.