vendredi 4 avril 2014

Quand le FN joue les féministes...

Depuis quelques semaines, des autocollants de ce type fleurissent. Comment ? Que vois-je ? L’extrême droite locale serait maintenant sensible aux agressions spécifiques que les femmes doivent supporter? Super-féministe décrypte pour vous cette (magnifique) œuvre des infographistes du FN…






 

Le graphisme, parlons-en justement : du noir, du rouge, un regard effrayé, une main gantée qui empêche la femme de crier… Le message est clair : danger imminent, il menace les femmes (blanches et blondes de préférence) qui, on en est bien sûr, ont besoin de sécurité. Sous-entendu : c’est l’insécurité qui pose le plus problème. C’est presque habile : personne ne peut ouvertement se déclarer en faveur des agressions sexistes, et le FN a fait sa B.A. féministe en passant en même temps sous silence toutes les violences structurelles que les femmes doivent subir chaque jour. La veste, la main gantée suggèrent que le danger est à l’extérieur. Le slogan « Lyon, notre identité » laisse entendre que l’extérieur en langage FN, ce n’est pas seulement la rue, c’est l’autre, l’étranger…
Or, le danger, pour les femmes vient la plupart du temps de l’intérieur, de l’intime, comme le rappellent les chiffres relayés par le Haut Conseil à l’Egalité entre les hommes et les femmes (chiffres de 2012) :
  • Pour 18,4% d’entre elles, les violences sexistes sont le fait du conjoint ou de l’ex-conjoint
  • Près d’1/4 des viols rapportés (et l’on estime que seuls 11% des viols font l’objet d’une plainte) ont été commis par le conjoint
  • Dans 80% des cas, le violeur est connu par sa victime
  • Moins de 5% des victimes de violences au sein du ménage portent plainte, les liens personnels avec l'agresseur étant souvent un frein au signalement des agressions
  • En 2012, une femme est décédée tous les trois jours sous les coups de son conjoint ou de son ex-conjoint.
L’agresseur, pour les femmes, c'est rarement l’inconnu dans la ruelle, le soir, c'est plus souvent l’ami, le mari, le père, le frère, l’oncle… Bien loin de l’image représentée sur l’autocollant. Le FN (est-il besoin de le préciser ?) instrumentalise des faits graves au profit d’une propagande raciste et xénophobe. Il prend la voix des femmes agressées, la bafoue et, sans agir réellement contre les agressions, il contribue à véhiculer une image fausse.

Puisque la cause des femmes semble intéresser le FN, épluchons donc le programme des municipales à Lyon, pour voir quelles sont les propositions du parti en la matière. Premier constat, si la « sécurité animale » intervient dès les titres, nulle trace en revanche de mesures spécifiques visant à lutter contre les violences sexistes. Pour trouver une allusion à la place de la femme dans la société, il faut cliquer sur le titre… famille !! (Rien dans l’onglet sécurité, malgré le message racoleur de l’autocollant). Étonnement, stupeur, la femme n’aurait donc pour le FN qu’une place en tant que membre d’une famille, de mère ? Comme c’est surprenant… Impression confirmée par les deux mesures proposées plus bas :
« Abaissement [de la durée de cotisation] de la retraite pour les mères ayant élevé au moins trois enfants ou ayant élevé un enfant handicapé. » Question au FN (qui ne me lira jamais) : pourquoi cette mesure est-elle particulièrement destinée aux femmes, alors que les deux parents sont évoqués dans presque toutes les autres? Le schéma de la mère de famille dévouée qui fait des gratins pendant que papa travaille dur pour payer la maison est un peu éculé non ?
« Le libre choix des femmes doit pouvoir être aussi celui de ne pas avorter : une meilleure prévention et information sont indispensables, une responsabilisation des parents est nécessaire, la possibilité d’adoption prénatale doit être proposée, une amélioration des prestations familiales pour les familles nombreuses doit être restaurée. » (il est tout de même précisé un peu plus bas que ces prestations doivent être attribuées aux familles dont l’un des parents au moins est français, c’est le FN quand même, pas l'Armée du Salut !) Concernant le « droit à ne pas avorter », rappelons au FN que dans "association pro-choix", il y a choix et que militer pour le droit à disposer de son corps, cela signifie avoir la possibilité d’avorter si on le souhaite, ou de poursuivre une grossesse, si on le souhaite. A contrario, les associations « pro-vie » qui comptent parmi leurs militants des membres du rassemblement Bleu Marine (donc du FN) font du lobbying contre l’avortement, publient sur internet des sites mensongers, culpabilisent voire agressent les femmes qui souhaitent avorter.


Les deux mesures évoquées plus haut s'adressent spécifiquement aux femmes et les renvoient à la sphère privée, la plus dangereuse. En filigrane, le FN nous fait comprendre que pour lui, la sécurité des femmes, c’est en fait la sécurité des mères (françaises si possible), la négation des violences conjugales et de 80% des agressions sexistes. En fait de réduire les violences faites aux femmes, le FN contribue à les invisibiliser davantage.