vendredi 11 mai 2012

Quand les anti-choix prient, les femmes trinquent

Communiqué de presse : Contre la remise en question du droit à l'avortement

Villeurbanne, le 9 mai 2012

Nous avons appris la tenue de la IV grande procession "pour la vie" ce dimanche 13 mai 2012 à Lyon soutenue par le cardinal Barbarin. A l'occasion de cette marche ses organisateurs/trices appellent à prier « pour les 8 millions de victimes innocentes en France » du fait de l’avortement.

Une fois de plus, les catholiques intégristes s’arrogent la défense de la vie, dans une rhétorique trompeuse : ils défendent le potentiel de vie des cellules et des gamètes pour restreindre la liberté dans la vie des femmes qui sont bien là dans ce monde maintenant. Ce qui les anime ce n'est donc pas la défense de la vie, mais bien l'opposition au choix, à la liberté des femmes à disposer de leur corps. L'avortement tue, oui, il tue des milliers de femmes encore aujourd'hui, quand il est fait, clandestin, dans des conditions d'hygiène ou avec des méthodes artisanales ; et il « tue » aussi des vies de femmes à cause de l'opprobre et de la culpabilisation qui l'entourent.

Cette marche des anti-choix s'inscrit dans une offensive toujours répétée contre le droit des femmes de choisir, offensive qui entretient un climat nocif de culpabilisation pour les femmes qui avortent. Le contexte actuel est peu favorable aux femmes et nos droits sont considérablement remis en cause :

–   Les intégristes catholiques considèrent que le destin d’une femme se résume à la maternité et que sa sexualité, hétérosexuelle (of course), n’est que reproductive.

–      Le FN de son côté veut « remettre au pas » le Planning Familial, le qualifiant de centre d’incitation à l’avortement. Il préconise, par la voix de Marine Le Pen, le déremboursement de l’IVG.

–      Les débats pendant la campagne électorale ont essayé de faire passer l’avortement comme étant un acte traumatisant pour les femmes en proposant de lutter contre les « IVG de confort ».

L’avortement est un choix qui peut être facile ou difficile à faire, et à porter. Comme peut aussi l'être le choix d'avoir un enfant, et comme lui, il peut faire partie du parcours de vie des femmes. Ce qui est nécessaire aujourd'hui pour améliorer la santé et la vie des femmes, c'est de lutter contre les embûches qui jalonnent le parcours de combattante que doivent effectuer les femmes pour avorter, contre les fermetures des CIVG et contre le jugement et la culpabilité que la société fait peser sur elles. Le gouvernement actuel avec l’application de la loi Bachelot, a démantelé le service public hospitalier : il a fermé 179 Centres IVG en 10 ans. Nous demandons que loi de 2001 soit appliquée pour que toutes les femmes puissent accéder à l'IVG quand elles le souhaitent et avoir le choix de la méthode et de l’anesthésie.

Nous dénonçons fortement cette marche, refusons tout prosélytisme remettant en cause les droits des femmes et appelons massivement à faire savoir à la préfecture, aux futurEs candidatEs et au Maire de Lyon notre colère face à cette marche.

Planning Familial 69