lundi 19 mars 2012

Son en marche

La marche de nuit non mixte, c'était il y a un moment, vous vous souvenez? On l'avait annoncée sur le blog (un de nos tous premiers posts) mais on n'a jamais fait de retour.
Alors on profite de la mise en ligne de ce chouette montage son pour le faire!

http://sonsenluttes.net/spip.php?article415





Et un petit récit/point de vue (qui était aussi dans le dernier D'ébats féministes) :


Le 26 novembre dernier, des meufs, des gouines, des trans, par centaines!

Ahhh... la marche de nuit non-mixte... elle en a fait couler de l'encre... et de la salive!
Sectaire provocante extrémiste sexiste (oui oui sexiste), qu'est-ce qu'elle, qu'est-ce qu'on, s'en est pris dans la gueule! Avant même de faire quoi que ce soit! Il faut croire que les pratiques de non-mixité choisie suscitent toujours autant de crainte et de rejet, qu'elles doivent encore et encore être expliquées, réexpliquées, justifiées, argumentées... dans tous les "milieux".
Oui c'était casse-gueule, oui c'était pas gagné, oui la dernière c'était il y a 10 ans...
Mais nous partîmes, quoi, 10, 20? et nous nous vîmes des centaines cette nuit-là dehors!
Bref, Corneille mis à part, nous étions vraiment nombreuses, même que personnellement je n'avais jamais vu une marche de nuit non-mixte aussi importante et dynamique! Parce que si nous avons mis un petit temps à nous mettre en route, une fois que c'était parti, on ne s'est plus arrêtées : slogans, chansons, cris... en mode joyeux, colère ou ironique, et même tout ça à la fois. « Les nuits, les rues sont à nous! » « Gerbe ton machisme » « Ni invisible ni disponible »...Nous n'avons certainement pas été invisibles dans les rues de Lyon ce samedi soir... ni silencieuses!
Le passage à Saint-Jean a été un peu tendu par la présence des fachos qui voulaient manifestement nous faire une démonstration poings à l'appui de leurs capacités -pourtant incontestées- à exercer des violences sexistes. La manif a été, légitimement? Honteusement? (selon les points de vue), protégée par les flics. Et c'est encore à plusieurs centaines que nous avons fini notre randonnée de plus de 2h en haut des pentes, toujours en slogans.
Alors oui peut-être notre organisation face aux fachos et par rapport aux flics mérite d'être repensée. Ainsi que notre communication par rapport aux personnes extérieures, pas toujours très à même de faire comprendre de quoi il retournait précisément.
Et oui aussi, les slogans étaient très divers et hétéroclites, mais bon quand est-ce qu'on est en parfait accord avec tous les slogans d'une manif? Est-ce même vraiment souhaitable? Et puis ils étaient aussi, ces slogans, à l'image de cette manif, faite par et pour des meufs, gouines, trans, des individues, collectifs, organisations, dans l'idée d'arriver à se réunir dans la diversité de nos féminismes.
Ce qui est ressorti de cette marche, pour moi, pour d'autres avec qui j'en ai parlé ensuite, c'est surtout, c'est avant tout, un sentiment de force collective et d'une véritable dynamique féministe, dans la multiplicité de nos féminismes, de nos vies, de nos combats. Avec l'envie de prolonger cet élan, de recommencer, comme ça, autrement, afin de puiser de l'énergie ensemble pour nos combats féministes, collectifs et individuels. C'est ça l'empowerment, non? En tout cas quelque chose qui rend effectivement plus fortes, plus fières, plus solidaires...
Alors, quand est-ce qu'on remet ça?


The BFF (Big Friendly Feminist)