mardi 3 janvier 2012

C'est en slogant qu'on devient féministe

Une super idée : quelque 600 slogans féministes ont été relevés par les auteures de cet ouvrage, une mine d’or de créativité, d’humour, de pertinence politique, pour la mémoire des luttes et pour notre inspiration future…

Allez, petite sélection pour le plaisir :


Les balais au feu 1971
                                        Notre ventre est à nous 1971
  Prolétaires de tous pays, qui lave vos chaussettes ? 1972
                    La femme est au-dessus du niveau de la mère 1972
    Viol Go Homme 1976
Oui Papa Oui Chéri Oui Patron Y en a marre 1976
Viol de gauche, Viol de droite, Même combat 1976

Dans la rue, la chasse est ouverte toute l’année 1976
Le printemps sera doux avec les goudous 1977

Oh vierge Marie qui l’a eu sans l’avoir fait
Fais que nous le fassions sans l’avoir 1979
Prenons la nuit, ce soir et tous les autres 1979
 Grrr…Rêve des femmes, Soyons infâmes 1980
                                                  La liberté est-elle un fœtus de paille ? 1982

                      LE CORPS DES FEMMES EST LA PREMIERE TERRE COLONISEE 1993
La lesbienne est une utopie en marche 1997
                       Clito, inventez-vous la vie qui va avec 1997

 Aimons-nous sans œufs 1997
                 Sale arabe, sale pute, sale pédé – Même combat, même loi 2004
Les loups sont dans la bergerie, les brebis ont la rage 2008

           Benoît XVI, Tais-toi quand on baise ! 2010
Pas de chance au tirage, une chance au grattage 2010
                                                     L’agresseur ne sonne pas – Il a la clé 2010
    Plutôt dragon que princesse 2010


En bonne flemmouze que je suis, j’ai d’abord feuilleté le bouquin, découvrant des slogans au hasard des pages, savourant une sélection de photos qui retrace l’évolution visuelle des manifs des années 70 à nos jours …
Et puis j’ai fini par lire les textes et je les ai trouvés bien intéressants : ils soulignent l’importance de la manifestation dans l’histoire du mouvement féministe français, moment de fête, de contestation, pour revendiquer mais aussi pour éprouver sa force collective (en non-mixité notamment). Aujourd’hui encore on retrouve la créativité dans les slogans, dans le graphisme, la grande place laissée à l’expression personnelle, aux pancartes faites maison ou réalisées sur place : « Le cortège de la manifestation féministe ne s’exprime pas d’une seule et même voix, il se veut protéiforme, polyphonique, polygraphique, en jeu constant entre un corps collectif qui agit et des individus qui se rencontrent. Il est possible de penser que l’expérience vécue de la manifestation féministe ait été celle d’un collectif curieusement soucieux de la singularité de ses membres. » écrit Béatrice Fraenkel.
Exemple d’un débat après une manif en 1975 :
Une femme s’interroge : « Qu’est-ce qu’une manif féministe ? » Réponse : « C’est là où on ne crie pas la même chose ! »

Quelques semaines après la manif de nuit non mixte qui a suscité tant de polémique…, un écho pas si lointain d’une autre époque qui nous rappelle que ces débats sont une constante du mouvement… et si c’était une force plutôt qu’un problème ?

Antoinette FonK


40 ans de slogans féministes 1970/2010
Corinne App
Anne-Marie Faure-Fraisse
Béatrice Fraenkel
Lydie Rauzier
Editions iXe, 2011, 18 €
Aussi disponible à la documentation du Planning Familial 69

Plein d’images de la manif de nuit non mixte du 26 novembre 2011 à Lyon, sur le site de Rebellyon : http://rebellyon.info/Fortes-solidaires-et-en-colere.html